Chroniques de Thanata – Retour à Fallcrest

Illustration: Brandon Kruse http://dandddoodles.blogspot.co.uk/

Illustration: Brandon Kruse
http://dandddoodles.blogspot.co.uk/

Nous pouvons à présent faire le tour de la salle à notre aise.  Au-delà du piliers où nous avons combattu, nous découvrons une grande baie ouverte sur l’extérieur. Elle perce le flanc d’une falaise et nous offre une vue sans pareil sur Cloak Wood et les Witchlight Fens loins à l’horizon. Quel bonheur de retrouver la lumière du jour. Je respire quelque coup profondément, remplissant mes poumons d’air frais.

Nous considérons l’âge apparent de ce lieu, les gravures indéchiffrables sous la glace et cette baie s’ouvrant sur le vide. Sommes-nous dans un vestige de l’Empire de Nerath ? Ce lieu était-il la résidence de légendaires chevaucheurs de dragon ?

Esthyrielle nous appelle depuis un des coins de la salle. L’Eladrin a découvert qu’il s’est empressé d’ouvrir. À l’intérieur, une épée longue en acier noir repose sur une petite fortune en pièces et perles.
Les motifs qui l’ornent me rappellent le travail des artisans de la disparue Bael Turath. L’objet aurait sa place entre les mains de combattants comme Draïne ou Nelkea. Néanmoins tous deux hésitent à prendre possession de l’objet. Le premier juge haches et marteaux plus adaptés à son style. La seconde a quelques appréhensions sur la nature de cette arme. Finalement le nain (la naine ?) accepte d’en être le porteur et d’en tester la qualité martiale.

Après un premier partage du butin, Esthyrielle et Lyna décident de refaire le tour des salles en haut afin de s’assurer que rien n’a échappé à notre vigilance.

Je propose un quart de ma part à Draïne comme paiement pour le sceptre. Il refuse en me disant que je trouverai bien quelque chose à lui donner en retour.

J’hoche de la tête. « Certainement. »

Draïne décide de couper la tête du dragon et d’en l’écorcher le poitrail. Il devrait pouvoir tirer  une pièce suffisante pour qu’un artisan puisse en faire une armure d’écailles. Plutôt amusante l’idée de dépouiller cette créature comme n’importe quel autre animal.

Je reste auprès d’elle…
…ou de lui.

Peu importe, sans Draïne nous serions mort. Draïne a l’air d’avoir repris toute ces forces et fredonne des chants que je suppose nains. Pas déplaisant. Je sens la fatigue me prendre et le froid qui règne encore dans cette salle me fait trembler. Draïne se met à me poser des questions sur ma déesse. La Raven Queen.

« La mort et tout ça…

… ça serait pas un peu… maléfique ? »

Je lui explique qu’elle n’est pas plus maléfique que bénéfique. Elle fait partie de l’ordre des choses. Elle est la déesse de la mort et de l’hiver. Toute chose et vie a une fin. Il n’y a rien de plus naturel.  Raven Queen préconise également d’éviter souffrance. La mort peut offrir soulagement.

Mes explications on l’air de rassurer Draine qui reprend sa tâche et ses chants.

Après un repos mérité dans la salle supérieure, nous rassemblons nos affaires et repartons pour Fallcrest. Esthyrielle est parti annoncer notre retour, il y a déjà plusieurs heures. Une bonne excuse pour s’épargner le spectacle du sanglant ouvrage de  Draïne

Nous ne rencontrons aucun problème sur la King’s Road et arrivons à Fallcrest. Passé la porte de la ville, nous nous rendons directement  au siège de la garde. Là, Draïne fait récit de nos aventures au capitaine  Faringray. Les oreilles de nos victimes et le masque de leur shaman finissent de prouver que nous avons mérité notre récompense.

Nous sommes enfin libres et avons sa bénédiction de quitter les lieux sans faire d’embrouille.

Chacun part pour régler ses affaires. Je fais les tours des marchands dans l’espoir d’en trouver un originaire de Winterhaven. L’un d’entre-deux devrait au moins avoir reçu des nouvelles de ce village.

Malheureusement l’activité des Kobolds a fortement réduit les échanges sur la King’s Road au nord de Fallcrest. Cela devrait changer maintenant que nous avons nettoyé leur nid. Bref aucune nouvelle de Winterhaven et du culte d’ Orcus.

Le soir je retrouve la troupe au Nentir Inn. L’ambiance est bonne. Néanmoins je ne partage pas la bonne humeur de mes compagnons. Un devoir envers ma déesse m’attend à Winterhaven. J’aurais bien besoin de leur aide. Je lance le sujet mais la mention d’Orcus par Draïne et voix très portante capte l’attention de quelqu’un dans la salle. Ce n’est pas le lieu pour une telle conversation. Mieux vaut ne pas attirer davantage l’attention sur nous.

Lyna change de sujet en sortant une bonne blague sur les halfling qui nous fait éclater de rire.

Nous nous retrouvons dans ma chambre afin que je poursuive mes explications. Le culte d’Orcus semble avoir trouvé un moyen de lever une armée de mort-vivants afin de s’emparer du Val de Nentir. Orcus rêve de s’emparer des pouvoirs de ma déesse. Il représente tout ce que Raven Queen déteste. Les morts vivants sont contre nature. La mort est la dernière étape dans ce monde. Des fidèles d’Orcus seraient actifs à Winterhaven et je tente de convaincre mes camarades de se joindre à moi pour les débusquer. Ils ont jusque demain matin pour prendre leur décision. J’ai prêté serment à ma déesse. Je ne leur en demande pas autant, ni de renier leur dieux. Si cette quête est digne de leurs talents, je serai reconnaissante de les avoir à mes cotes. Il ne s’agit pas seulement d’une menace pesant sur ma divinité mais aussi sur le Val de Nentir.

Chacun regagne sa chambre, pensif.

Sauf Draïne qui redescend dans la salle commune.

Je m’étends, heureuse d’enfin pouvoir me reposer. Doucement, je m’endors en croyant entendre un nain (ou une naine) chanter en bas.

Laisser un commentaire